Demain, une nouvelle force écologiste

Une loi relative à la biodiversité vient en discussion devant le parlement Français.
Certains députés écologistes, en particulier Laurence ABEILLE, introduisirent des avancées concrètes dans un texte à « onction épiscopale », à l’instar de toutes les lois vertueuses adoptées par des politiciens aux ordres des mafias affairistes et des lobbies de l’arriération.
Ainsi, le texte voté en première lecture par l’assemblée nationale prévoyait l’interdiction de chasser les mammifères durant leur période de reproduction, ce qui épargnait les blaireaux au printemps et prohibait l’emploi de gluaux pour capturer les passereaux, pratique usitée par quelques centaines de tueurs en PROVENCE.
Le sénat, chambre réactionnaire, supprima à l’instigation des chasseurs ces dispositions concrètes.
Le texte revenu, en seconde lecture devant l’assemblée nationale, a été examiné par la commission du « développement durable ».
Les deux dispositions favorables à la préservation de la faune n’ont pas été réintroduites par cette commission.
Le gouvernement a soutenu les archaïsmes antinatures des chasseurs.
Or, il était représenté par une ex-députée verte, démissionnaire du parti, qui s’était déjà illustrée par sa pusillanimité lors d’un débat radiodiffusé opposant notre administrateur Martial MOUQUERON au lobbiyste des chasseurs et des armuriers.
Deux conclusions s’imposent :
—- En premier lieu, la classe politique, jouet des groupes de pressions malfaisants, ne représente pas les citoyens dans leurs aspirations, puisque l’immense majorité de nos contemporains récusent le grand massacre de la faune.
Cela, nous ne le savons que trop et les illustrations de cette déchéance éthique des hommes d’appareils des partis politiques explique et justifie le mépris dans lequel nous les tenons.
Ils insultent ceux qu’ils prétendent représenter, en les abaissant au rang de mangeurs de petits oiseaux et de tortionnaires d’animaux.
Nous leur retournons leur insulte.
—- Le second enseignement tient à la dérive du parti écologiste, né dans les années 1980 des associations de protection de la nature, progressivement gangréné par des arrivistes totalement étrangers à l’éthique du respect du vivant et de l’amour de la nature.
La ruine actuelle de l’écologie politique nous appelle à reconstruire une force claire, loyale, cohérente, ouverte et accueillante mais porteuses de valeurs élevées.
Le 8 octobre prochain, à PARIS, nous appelons tous les animalistes, les écologistes, les naturalistes à refonder une écologie politique pour laquelle la mort d’un être vivant ne saurait être un loisir ou un spectacle.
L’heure est à l’union, à la refondation, au rassemblement, par-delà les nuances et la richesse des diversités de tous ceux qui veulent proclamer le vivant à l’ordre du jour.

Gérard CHAROLLOIS

1 pensée sur “Demain, une nouvelle force écologiste”

  1. Combien je suis en accord avec votre philosophie de la vie en société, de la vraie vie qui incorporerait le respect de la vie animale (domestique et sauvage), le respect d’un environnement naturel et sain dans notre organisation, nos lois, nos projets…
    Et pour ceux qui rétorqueraient « encore ces illuminés qui ne connaissent pas la réalité des hommes et des choses » je dirai:
    -où est la vraie sagesse ? Piller, tuer, dilapider, saccager, polluer ? Ou bien préserver, respecter, éduquer, admirer, communier même avec ces forces de la nature vivante qui nous nourrissent vraiment ?
    -où est la véritable intelligence? Le véritable bon-sens ? Avancer les yeux fermés, sans se préoccuper de demain et des autres ? Ou bien se sentir comme des maillons de la chaîne du vivant qui englobe le Tout, dans l’espace et le temps ?
    -comment se traduit la véritable fraternité ? Passer les uns à côté des autres sans se voir, sauf quand on y a intérêt, et s’exterminer parce qu’on ne pense pas les mêmes choses ? Ou bien remercier l’existence pour cette richesse de tendances, de potentialités, de manifestations sous toutes ses formes ?
    Je sais pour avoir soutenu la candidature de Pierre Rabhi en 2012 que les forces politiques mortifères ne tolèreront pas l’émergence de voix claires et vivifiantes telles que Gérard Charollois. Il est difficile d’obtenir les 500 mandats d’élus que la République dans son désir d’étouffer, demande pour candidater à la fonction suprême.
    Mais raison de plus pour « mettre le paquet », pour rassembler les vrais humanistes qui devraient normalement (s’ils enlèvent leurs œillères) se découvrir une majorité en nombre et exiger que la sagesse, la véritable intelligence du cœur et le respect de la vie soient enfin représentés dans l’organisation sociale du monde.

Les commentaires sont fermés.