Les « notables » de l’écologie et nous

Les notables de l’écologie, médiatiques, invités des plateaux de télévision et des studios de radios, dissertent volontiers sur les grands maux de la planète, l’impérieuse nécessité de combattre l’effet de serre, l’urgence d’une mutation énergétique, les avancées ou les insuffisances des accords internationaux.
Mais écoutez-les attentivement.
Vous n’entendrez aucun propos concret susceptible de déranger les lobbies, aucune suggestion de nature à gêner les gouvernants qui, en retour, gratifient les « notables de l’écologie » de délégations de missions, de reconnaissances officielles, ouvrant les bouches d’or des médias.
Chasse à courre, tirs de loups, gluaux de Provence, lecques de l’AVEYRON, persécutions des renards, élevages concentrationnaires et même aéroport de NOTRE DAME DES LANDES, surpopulation et méfaits du natalisme, grands travaux autoroutiers sont des sujets tabous, parce que sources de controverses.
C’est que tout « notable de l’écologie » doit demeurer généreusement flou, parler des pôles et de la mer, du climat et de l’opportunité de fermer le robinet en se brossant les dents, en veillant à ne fâcher personne.
« quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup » et ce loup n’est point celui que traquent les arriérés.
Les « notables de l’écologie » communiquent avec efficacité, dépeignent brillamment les menaces planétaires, mais demeurent anthropocentristes.
Observez-les attentivement.
Vous ne les verrez pas à LYON, le 16 janvier, pour défendre le loup, devant les arènes sanglantes pour dénoncer la torture tauromachique, dans le MEDOC, aux côtés de mon ami Allain BOUGRAIN DUBOURG, contre les braconniers de la tourterelle de mai et dans les LANDES, contre les piégeurs de petits oiseaux.
Les « notables de l’écologie » ne prennent aucun risque de déplaire, cette prise de risque qui discrimine l’opportuniste et le résistant.
Si je déplore ce défaut de pugnacité, cet oubli de la nature, des animaux, je n’en salue pas moins le travail pédagogique de ces notables de l’écologie, choyés par les pouvoirs, auxquels ils servent de caution, et par les médias.
Mon propos ne se veut pas critique, mais tend à distinguer sans opposer.
Il m’est indifférent d’encourir les invectives des destructeurs de la nature et j’entends affirmer une libre parole face aux gouvernants d’hier et d’aujourd’hui.
Pour ne pas obéir à cette prudente pusillanimité, nous voici interdits de diffusion dans les médias, étiquetés « extrémistes », censurés, empêchés d’exposer nos valeurs et nos propositions qui, allant à la racine de l’écologie, n’ont rien d’extrémiste.
Pour nous, celui qui ne récuse pas la chasse et la tauromachie n’est pas écologiste, dans l’acception que nous donnons à cette pensée, d’autres étant, évidemment, fondés à demeurer anthropocentristes.
Il n’est pas des nôtres celui qui ne respecte pas le vivant, et si nous reconnaissons à chacun la liberté de défendre des valeurs et des propositions contraires, nous ne voulons aucun amalgame avec ceux qui célèbrent la pulsion de mort.
L’actuel pouvoir politique se révèle totalement hermétique à l’écologie.
La droite, en embuscade, qui rêve de retrouver un pouvoir qu’elle considère comme lui appartenant par nature, représente les intérêts des chasseurs, des exploitants agricoles, des firmes polluantes et déprédatrices.
Dès lors, nous sommes étrangers à la fois au « centrisme » au pouvoir aujourd’hui, et à la droite, en mal de sévir l’an prochain, comme elle le fit pendant trop d’années.
D’aucuns préconisent une « primaire de la gauche ».
Encore faudrait-il définir ce qu’est la gauche, après 1983 et le tournant de la rigueur, c’est-à-dire le ralliement du parti dit socialiste à la société de Marché.
Si les deux droites sont bien typées, l’une nationaliste, populaire, autoritaire, l’autre mercantile, affairiste, mondialiste, libérale en économie, la gauche gagnerait à faire son agiornamento.
Le parti de messieurs HOLLANDE ET VALLS est centriste et non de gauche.
Ce parti est anti-écologiste.
Je ne conçois donc pas une « primaire » avec les pseudo-socialistes, tueurs de loups et serviteurs de la firme VINCI, reine des parkings, des autoroutes et candidate au grand aéroport Nantais.
Participer à la « primaire de la gauche », par ailleurs refusée par le leader du parti de gauche, reviendrait à cautionner, par fusion, les dirigeants actuels.
Leur politique contre la nature ne leur mérite guère ce soutien.
L’écologie doit s’émanciper et redevenir une force au service du vivant.
Or, l’écologie politique est à terre.
Divisée en groupuscules de plus en plus faibles, représentée dans les médias par des élus qui ne parlent plus du vivant, silencieuse sur les exactions des lobbies, elle agonise.Le temps de la reconquête est venu.
Tous ceux qui, nombreux chez les VERTS, dans les autres partis écologistes, dans les innombrables associations veulent autre chose que ce naufrage, doivent se rassembler, s’unir sur des bases éthiques claires, bases humanistes mais non anthropocentristes, car réconciliant l’arbre, l’animal et l’homme.
Refuser les nicotinoïdes, arrêter les massacres de la faune, condamner les grands projets inutiles et dévastateurs pour la biodiversité, cesser de financer les « filières » mais affecter l’argent public à l’aide aux ménages pour rénover les logements, exiger de tout partenaire politique désireux d’établir avec nous un contrat de législature, des avancées concrètes sur ces points, telle est l’assise d’une écologie renaissante.
J’appelle à ce sursaut pour faire entendre la voix de la nature, pour sortir des nuées, des déclamations fades.
Je veux une écologie concrète, s’assignant des objectifs précis et réitère, par exemple, que l’abolition de la chasse à courre, de la corrida sont des préalables non négociables.
J’attends encore que nos amis, « notables de L’écologie », l’assument et nous rejoignent dans nos combats.

Gérard CHAROLLOIS
CONVENTION VIE ET NATURE