Commentaire des résultats électoraux :

La classe politique se réjouit, dans toutes les officines.
Le parti dit socialiste, qui a cessé de l’être, conserve au moins cinq régions sur treize, alors que les augures lui annonçaient une cruelle défaite.
Le parti dit RÉPUBLICAINS, en fait parti de la finance et des affaires, monopolise les sept autres régions, avec ses alliés, le parti chasciste.
Le Front National se réjouit puisqu’en voix, il devient le premier parti de France.
Les VERTS se réjouissent parce qu’ils ont participé à la défaite du Front National.
Alors, tout le monde a gagné ?
Non, la démocratie a perdu.
Observons d’abord que davantage de citoyens se mobilisent au second tour, malgré l’absence de choix, qu’au premier tour lorsque l’offre politique est plus riche, plus variée, plus ouverte.
C’est dire le désarroi des électeurs et leur absence d’illusions sur la vie publique.
La démocratie échoue parce que les partis politiques trahissent les convictions qu’ils sont censés représenter, leurs dénominations ne correspondant plus au contenu affiché.
La démocratie est tenue en échec en ce qu’une classe politique quasi-inamovible, aux ordres des mêmes intérêts, confisquent les instances électives.
Évidemment, les écologistes ne présideront aucune région et sont bien loin d’être le « premier parti de France ».
Or, l’écologie devrait être le parti de la vie.
Ce soir, ni la démocratie, ni la vie l’emportent.

Gérard CHAROLLOIS
CONVENTION VIE & NATURE