Marche pour le climat interdite et état d’urgence

Les partis et associations écologistes appellent à une mobilisation de l’opinion en faveur de la préservation du climat, dans le cadre de la COP21.
Je vous informais hier du projet de manifestation, à PERIGUEUX le samedi 28 novembre.
En raison de l’état d’urgence, la préfecture de la DORDOGNE interdit cette marche.
Prenons-en acte.
L’assassinat de 130 de nos concitoyens appelle un hommage à leur mémoire que traduit la suspension, durant plusieurs jours, des manifestations commerciales, festives, récréationnelles.
C’est une question de décence élémentaire.
Or, si les activités à caractère politique ont bien été interrompues durant ces jours de deuil national, il n’en fut pas autant des manifestations sportives et lucratives.
Par ailleurs, si des mesures de sécurité s’imposent pour tenter de prévenir la réitération d’actes terroristes, il convient également de ne pas susciter dans la population des peurs excessives et d’aucune utilité préventive.
La décence appelle la mesure.
Les détenteurs des pouvoirs, les lobbies, les exploiteurs prévaricateurs deviennent indécents lorsqu’ils instrumentalisent la guerre en cours pour créer un « réflexe légitimiste » dans l’opinion et font taire les contestations de leur politique désastreuse.
Le deuil national n’a pas éveillé, chez les députés de droite et de la fausse gauche, un minimum de décence lorsqu’ils adoptèrent, hier, une loi favorable aux marchands d’alcool, première drogue nationale qui tue près de soixante mille personnes par an en ce pays.
En fait la décence et la sécurité sont à géométrie variable :
Silence pour les opposants à NOTRE DAME DES LANDES, au nom de la lutte contre le terrorisme religieux islamique, mais surtout que les affaires continuent, y compris avec les pays féodaux et moyenâgeux qui financent l’intégrisme musulman, les réseaux proches d’AL KAÏDA, mais qui achètent du matériel militaire aux Occidentaux.
La guerre contre le terrorisme est une urgence dont nous ne saurions disconvenir.
Mais la lutte contre les lobbies qui altèrent le climat en artificialisant l’espace naturel est aussi une urgence.
Ne l’oubliez pas les 6 et 13 décembre prochains et, faute de marcher, votez pour le climat, pour le vivant !

Gérard CHAROLLOIS
CONVENTION VIE ET NATURE