Une guerre de l’obscurantisme

Comment taire notre émotion, notre juste colère, notre nausée face aux assassinats perpétrés, ici et maintenant, comme dans d’autres sites, par des islamistes fanatisés.
Cette idéologie tua, le 7 janvier dernier, nos amis de CHARLIE-HEBDO.
En Syrie, en Tunisie, en Égypte, en Somalie, au Mali, les mêmes barbares violent, réduisent en esclavage sexuel, posent des bombes, égorgent, décapitent et même brûlent vifs des personnes qui ne leur firent pas le moindre mal.
Cette guerre asymétrique, aux allures de Moyen-âge, va durer.
D’autres meurtres ensanglanteront nos pays.
Par-delà cette émotion légitime, il y a lieu de s’interroger sur le sens de ce terrorisme au nom d’un dieu.
Assiste-t-on à un retour de l’obscurantisme religieux, avec ses guerres de religions ?
Il faut constater une montée de l’intégrisme islamique avec des attitudes ostentatoires, une volonté de réanimer les traditions, de se cramponner à des identités communautaires, terreau favorable au djihadisme.
D’autres religions, en Inde et à Jérusalem notamment, connaissent de telles poussées de fanatismes, de replis sur des rites sombres et grotesques.
Ce qui caractérise tous ces intégrismes obscurantistes est le refus de la science, de la démocratie, de la libération de la femme, de la prise en considération de la sensibilité animale.
En fait, ces intégristes aspirent à revenir 1500 ans en arrière.
Ils conchient la raison, la liberté, la vie et célèbrent la pulsion de mort.
Mais loin de marquer un « renouveau du fait religieux », ces crimes représentent les convulsions de sociétés théocratiques à l’agonie.
Ils tuent parce que leur idéologie se meurt, parce que les valeurs, les préceptes établis dans les caravanes du désert il y a plus de mille ans se dissipent devant les Lumières.
A terme, tous ces intégristes obscurs perdront la guerre.
L’émancipation de la femme, la liberté de mode de vie et de pensée, l’élargissement du cercle de l’empathie à tous les êtres vulnérables l’emporteront, mais pour l’heure, il convient d’adopter concrètement des mesures politiques afin de prévenir les assassinats.
Les dirigeants, les services en charge de la sécurité publique, font un travail remarquable permettant de faire échec, neuf fois sur dix, aux attaques djihadistes.
On peut encore faire mieux.
Laissons partir en Syrie, ceux qui veulent y mourir en martyrs, car le problème n’est point leur départ mais leur retour éventuel.
Admettons que la démocratie ne pourra fleurir au Proche-Orient que lorsque culturellement, la religion sera extirpée du champ politique et sera ramenée au rôle qu’elle joue en Occident, à savoir une consolation purement individuelle, pour ceux qui en ont besoin.
Aussi longtemps que le religieux dominera ces sociétés, celles-ci sécréteront des terroristes et souffriront d’atroces guerres équivalentes à celles que connut l’Europe au 16ème siècle.
Ce matin, je pense aussi à nos regrettés amis CABU, Bernard MARIS et tous les autres.
Ils sont morts prématurément parce que quelques demeurés préfèrent un arrière-monde mythologique à la vie.
Aujourd’hui, nous devions manifester, à GUERET, contre l’élevage concentrationnaire.
Les ténèbres en ont décidé autrement.
Humanité : quand sortiras-tu de ta préhistoire ?

Gérard CHAROLLOIS
CONVENTION VIE ET NATURE

1 pensée sur “Une guerre de l’obscurantisme”

  1. 300 000 moutons atrocement égorgés en France pour la « fête » (sic) de l’aid el kebir, dans l’indifférence générale et avec la bénédiction du gouvernement, c’est l’islam apprécié par les politiciens et les médias du système.
    Car pour les obscurantistes de l’humanisme il n’y a pas de barbarie à traiter les animaux comme de choses à la disposition de l’homme.
    Et, pour flatter les musulmans, nos politiciens et nos médias propagandistes de l’idéologie dominante prétendent que l’islam est une religion d’amour, de paix et de tolérance.

    Mais lorsque l’islam, suivant scrupuleusement les enseignements coraniques, ne se contente pas de massacrer les animaux mais tue aussi les humains qualifiés d’infidèles, nos politiciens et nos médias se surpassent dans le lèche- babouchisme avec leur « pas d’amalgame » « l’islam ce n’est pas ça » « le terrorisme n’a rien à voir avec la religion musulmane » … et autres fariboles.
    Malheureusement ce matraquage médiatique qui est un enfumage éhonté fonctionne encore, car l’immense majorité des français n’a jamais lu le coran.
    Et nos menteurs de politiciens, de droite comme de gauche, continuent à prôner le « vivre ensemble » mortifère et leur « surtout pas de stigmatisation des musulmans » (par contre lorsqu’il s’agit de stigmatiser les loups ou les sangliers ils se déchainent)
    Leur imposture ne règlera pas le problème du terrorisme, car les musulmans les plus fanatiques se sentent confortés dans leurs croyances obscurantistes et ayant lu le coran et les hadiths ils pensent: « ils sont incapables de réfuter notre religion mais ils mentent sur son contenu pour en dire du bien, c’est donc l’hommage du vice à la vertu. »
    Quant aux musulmans dits « modérés » leur stratégie est encore plus dangereuse à terme pour l’Occident: ils comptent islamiser le continent par l’immigration massive, le regroupement familial et le droit du sol, et malheureusement ça fonctionne très bien puisqu’ils bénéficient de la complaisance des politiciens du système: les mosquées poussent comme des champignons, l’abattage rituel est généralisé, les « accommodements raisonnables » (sic) se multiplient.
    Ainsi la cause animale régresse, car là où l’obscurantisme triomphe il ne peut en être autrement.
    C’est pourquoi tout écologiste authentique se doit de dénoncer l’islamisation de la société, il ne s’agit pas de racisme ni même de xénophobie, mais de la défense des lumières contre les ténèbres.

Les commentaires sont fermés.